________ Telle une dramaturgie ________
 

pioger@hotmail.fr

______________________________

L'optimisme c'est aussi de dire qu'il y a de la tristesse dans la vie, du malheur. Dire que tout va bien, que tout va bien se passer, ce n'est pas de l'optimisme, c'est de la bêtise. (Cedric Klapsch)

Je suis pessimiste par intelligence, mais optimiste par la volonté. (Antonio Gramsci)

L'optimisme est une fausse espérance. L'espérance est une vertu, une détermination héroïque de l'âme. la plus haute forme de l'espérance est le désespoir surmonté. (Georges Bernanos)

 

__________ Quelle humanité ? __________

Dans son travail Pioger nous montre les spasmes d’une société qui se déshumanise. C’est un travail de dramaturge qui nous met en relation étroite avec les malaises de la condition humaine contemporaine. Il nous montre avec virulence, les obsessions existentielles de la souffrance, de la solitude et de la détresse, d’une civilisation soumise à de nouvelles règles du jeu. Celles-ci sont claires. Elles mettent en place une transformation radicale et accélérée du collectif humain, par un contrôle global des individus (manipulations génétiques, contrôle des esprits, implants, traçabilité, etc...), à la seule fin d’un nouvel ordre économique mondial. Ces représentations picturales nous mettent en garde sur les effets délétères d'une humanité qui se perd dans les chimères des techniques et sciences les plus folles, qui loin, comme on lui promet, de libérer l’individu, l’asservissent au profit d’une nouvelle gouvernance planétaire. Ce travail témoigne d'un goût pour l'esthétisme et simultanément accable notre société.
_______ Peintures, tableaux, dessins _______
 
Quelles soient peintures ou dessins, ces oeuvres d'une sensualité revendiquée, s'imposent dans une figuration néo-expressionniste aux formes enlevées. Elles combinent lignes, couleurs, matières, volumes de façon structurée. Le graphisme est énergique et sûr, parfois même violent. Dans l'élaboration des tableaux, une grande attention est portée à la connaissance du corps humain, au point que nous apparaissent les masses musculaires ou le squelette sous la chair. Les nus et portraits, ont des aspects tourmentés, ou effarés, saisi dans des attitudes insolites, stupéfaites. Les peintures sont provocantes, suscitant chez le spectateur un certain malaise par leur rapport à l'érotisme, mais aussi, par l'effet dû à des tonalités blafardes, comme si les personnages furent exsangues. Visions d'une interprétation parfois fantasmagorique de l'existence, ces toiles dissèquent la société contemporaine sur le mode du portrait psychologique.

 

Chez Pioger, il y a une autre dimension totalement expressionniste : une lumière énigmatique qui anime ces squelettes en perdition, peuple en errance dans le labyrinthe effondré de l'esprit, naufragés et terriens dans une sensualité "brute", une humanité d'une grande dignité, un frisson dans les plis de la chair démunie.
On pense à Artaud, à Beckett, à l'art asilaire, à notre "légèreté insoutenable". Ses personnages au bord du gouffre tiennent au fil ténu de la vie, dans des postures d'énigme et des cadrages dérangeants mais qui touchent au cœur et au corps. Avec une pulsion chromatique aveuglante de contraste entre des gris profonds et des rouges singuliers qui provoquent l'insomnie.

Antoine Campos

Didier Pioger artiste peintre expressionniste et dramaturge